Categories

Accueil > Suite de la passion d’Aranua

Articles de la rubrique Suite de la passion d’Aranua

La viande de bœuf que vous avez dans l’assiette, c’est tout d’abord de la viande de cadavre. C’était une belle bête bien vivante, un petit veau qui aimait la vie, qui aurait aimé gambader dans le pré qu’il voyait à travers les barreaux de la camionnette, cette camionnette qui l’emmenait pour qu’on lui enlève la partie qui le transformera en bœuf. Il était tous les jours en prison, il était tellement serré contre les autres de son espèce qu’il pouvait juste bouger, on le gavait d’aliment avec des antibiotiques, en prison il y restera jusqu’à sa mort, quand il fera le poids, il sera emmené avec d’autres dans un abattoir. Aujourd’hui, le soleil brille, il fait chaud, le petit veau est devenu un beau bœuf qui fait le poids, ce n’est pas son jour de chance. Il est au pas cadencé sur cette passerelle qui sent la mort, il a peur, il est affolé, mais ne peut pas sortir de la file qui est cernée par de gros barreaux métalliques de part et d’autre, puis à son tour il sent la lame l’égorger en même temps qu’un crochet pénètre dans son jarret et l’arrache du sol, la douleur le rend fou, il veut beugler, mais l’air s’échappe de sa gorge en spasme avec le sang, les humains qui travaillent à la bonne marche des machines rigolent entre eux sans y porter attention, le bœuf pendu par une patte arrière gesticule , il sent les premières lames avec les tuyaux qui commencent à le gonfler pour séparer la peau de la chair, pour qu’il soit prêt au dépeçage, un dernier râle et il meurt vidé de son sang dans des souffrances affreuses. Il n’a jamais pu courir sur ce pré d’herbe verte chauffé par ce soleil brillant qu’il apercevait à travers les barreaux de sa prison.
Des assassins que nous disons humains ont décidé de sa naissance, de sa vie et de sa mort, sans prendre en compte qu’il avait lui aussi comme eux une conscience avec cette étincelle qui apporte la vie au tas de viande.
Laissons vivre nos amies les bêtes, elles sont comme nous, elles jouent, elles font l’amour, elles allaitent leurs petits, elles les élèvent, elles les aiment, comme une maman humaine. Laissons leur cette liberté, de vivre comme elles le veulent, et de mourir en liberté.
En devenant végétariens, nous réduirons la pollution, nous vivrons plus sainement avec moins de maladies, nous nous sentirons mieux dans notre tête avec moins de sang sur nos mains et dans nos assiettes. Il y a beaucoup de choses à entreprendre sur cette terre, il y a beaucoup de causes à défendre, commençons ensemble par faire celle-là, qui est gratuite. aranua

6 janvier 2015

Le prochain livre « Notre univers fantastique. »

Le prochain livre « Notre univers fantastique. » La santé de l’univers dépend de l’équilibre général des étoiles et de leurs systèmes planétaires. La santé des planètes dépend de l’équilibre de leurs éléments. Notre planète par exemple a quatre éléments « eau, air, feu, terre » et l’équilibre des ces éléments nous maintient en...

Lire la suite

6 janvier 2015

La faim

Après un revenue de base pour tous, voir le lien "http://bien.ch/fr/node/417" une nouvelle étape.

Lire la suite

24 juin 2014

Question sur les dimensions et les principes

Le lien entre l’univers et nous.

Lire la suite